ActualitésSociété

Des artistes manifestent contre l’agression de la chanteuse Adja Divine

Pour soutenir Adjaratou Diessongo,agressé par une horde l’accusant de vol d’enfant.

Plusieurs dizaines d’artistes, à l’appel de l’Association burkinabè des femmes artistes musiciennes (ABFAM) ont manifesté samedi sur le boulevard de l’insurrection populaire à Ouagadougou pour soutenir l’artiste musicienneAdja Divine Rechercher Adja Divine (Adjaratou Diessongo, à l’état civil) agressé par une horde l’accusant de vol d’enfant.

‘’Cettemarche Rechercher marche c’est pour porter un message de paix, d’amour, d’union et de fraternité et rappeler qu’on ne peut pas se développer dans le désordre, dans l’indiscipline et l’incivisme et surtout dans la haine et la violence’’, a d’emblée justifié la diva de la musique burkinabè Amety Méria, porte-parole des manifestants.

‘’Nous voulons manifester notre colère et notre impuissance face à la barbarie perpétrée le mardi 23 mai 2017 sur Mme AdjaratouDiessongo Rechercher Diessongo dite Adja Divine, artiste musicienne. Le peuple burkinabè est déjà victime de violence perpétrée par des terroristes. (…) aujourd’hui cette insécurité s’aggrave avec le comportement violent et extrémiste qui se développe ainsi que l’incivisme qui grandit de jour en jour’’, ont dénoncé les manifestants dans une déclaration adressé au ministre en charge de la femme.

Selon les manifestants, essentiellement des acteurs culturels (artistes, musiciens, managers, etc), ‘’ces l’acte dont a été victimeAdja Divine Rechercher Adja Divine lui ont valu des violences corporelles, psychologique, la destruction de son véhicule et un traitement dégradant et humiliant de la part d’agent de sécurité et de la population’’.

‘’C’est son honneur, sa dignité, son intégrité morale et physique qui ont été touché’’, a estimé Améty Méria, souhaitant que la lumière soit faite sur le ‘’cas Adja Divine’’.

‘’Nous avons une sœur qui a été victime de violence. On ne peut pas nier le fait qu’elle ait peut être des responsabilités dans les évènements mais qu’à cela ne tienne, il n’appartient pas au peuple de se rendre justice quel que soit le motif’’, a dénoncé la secrétaire générale de la Coalition Femme et paix, Martine Yabré.

‘’Plusieurs situations de maltraitances insoutenables nous sont souvent présentées par la presse mais le cas le plus récent est celui de notre sœurDiessongo Rechercher Diessongo Adjaratou dite Adja Divine, qui a été agressée par la foule sous prétexte de vol d’enfant et sous le silence complice de la société’’, s’est indignée Augusta Palenfo, l’une des organisatrices de la manifestation.

‘’Vu la cruauté de la scène, personne ne peut rester indifférent à cet acte barbare dont elle a été victime. Nous sommes indignées et même inquiètes de ce qui est arrivé Dame Diessongo’’, a-t-elle dénoncé.

Estimant que ‘’cette montée spectaculaire de la misogynie risque de compromettre dangereusement la paix sociale’’, l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a souhaité que ‘’toute la lumière soit faite sur cette agression barbare, et que les auteurs soient punis à la hauteur de leur forfait’’.

A Ouagadougou et, de façon générale, dans les villes et campagnes du Burkina, on assiste à ‘’une recrudescence des violences perpétrées sur les femmes, sous diverses formes : des lynchages, des bastonnades, et même des assassinats’’, a dénoncé ce principal parti de l’opposition.

En rappel, l’artiste Adja Divine, a été la cible d’une foule furieuse le mardi 23 mai 2017 après avoir été accusée de vol d’enfants. Elle a déposé une plainte «contre la police routière et contre X» au lendemain de son agression.

Dans un communiqué publié samedi, l’Union de la police nationale, le syndicat des policiers, a indiqué qu’il «s’attachera à ce que toutes les responsabilités soient situées dans cette affaire où elle entend se prévaloir de sa propre turpitude».

Aussi, l’Unapol a-t-il, décidé de ‘’porter plainte contre AdjaratouDiessongo Rechercher Diessongo aliasAdja Divine Rechercher Adja Divine pour refus d’obtempérer, diffamation, tentative de troubles à l’ordre publique’’.

Le syndicat entend également convoquer l’ensemble de ses délégués des 13 régions et des 45 provinces le mercredi 31 mai 2017 ‘’en vue de l’organisation d’une manifestation inédite pour le respect de la Police et des principes de la république sur toute l’étendue du territoire burkinabé’’.

LIRE LA SUITE

SimRadio / Société

Source
KOACI.COM
Tags

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker